Arrêt pilule : Résumé des deux derniers mois et mon choix de contraception naturelle ​

Retrouve un code promotionnel pour l’application Moonly en fin d’article 🙂                      
*non rémunéré

Sevrage progressif de Diane 35 : 5ème mois

Je suis de retour pour résumer mes derniers mois de sevrage de la pilule contraceptive ! Je suis super heureuse d’en finir. J’ai à la fois hâte de découvrir mon corps au naturel et ses petits signaux, et je m’interroge pour la suite… Mais une chose est sûre, je ne regrette pas mon choix ni mon parcours des 6 derniers mois.
C’était clairement des montagnes russes, on subit les hauts et les bas, parfois on en a ras le cul et on voudrait descendre, et parfois on en profite 🙂

Le cinquième mois a été assez freestyle (mois de baisse) :

Côté moral, j’étais plutôt bien ! Plus ouverte, envie de changements, de faire des rencontres etc. C’est aussi parce que petit à petit je retrouve une vie « normale » avec moins d’effets du sevrage. Je précise que mon corps est très sensible aux molécules et changements, mon cas n’est pas une fatalité, ni l’expérience vécue par d’autres personnes à l’arrêt de la pilule pour qui tout se passe à merveille.

Depuis plusieurs cycles, dont celui-ci, je passe un weekend entier avec des douleurs aux ovaires pensant à une ovulation. Mais finalement, au vu de la date de mes règles suivantes ce n’était pas le cas !
Plusieurs jours après de nouveau des crampes aux ovaires et un jour de migraine (en sevrage le corps a encore une dose d’hormones synthétiques mais l’ovulation peut revenir). 

J’ai aussi eu 4-5 jours de spotting autour de ces crampes, un peu chiant mais avec les culottes de règles c’est passé comme une lettre à la poste (même plus simple !).

Encore 5 jours avant mes règles j’ai eu une bonne migraine matinale, qui s’est estompée. Puis au jour 31 de mon cycle sont arrivée mes règles. Rapides, sans douleurs, encore une fois peu abondantes et seulement 4 jours 🙂

Côté poids je ne me suis pas pesée, mais globalement je n’ai ni gagné, ni perdu.

Côté peau, toujours nickel, sans acné, pas forcément plus grasse. Idem pour les cheveux, je dirai qu’ils regraissent un peu plus vite mais pas tant que ça. La chute a ralenti, et les cheveux repoussent. Je fais très attention à mon alimentation et ce que je mets sur mes cheveux. J’utilise un pommeau de douche anti-calcaire, des shampoings bios sans sulfates, parabens, alcool, parfums, silicones et j’utilise peu le sèche cheveux et très rarement un lisseur.

En complément, je continue les gélules d’onagre et bourrache, ainsi que le chardon marie ! Et toujours avec mes trois infusions : camomille, framboisier, ortie.

Résumé du 6ème et dernier mois

Bon, pour ce 6ème et dernier mois, j’ai pris du temps à l’écrire, car nous sommes mi février et je n’ai pas encore eu mes règles ! 
Moi qui pensais que je serai encore un peu tranquille avec ce petit quart de Diane 35, et bien non 😉

J’en suis donc au jour 50 de mon dernier cycle, et je pense avoir détecté une ovulation (je t’en parle dans le paragraphe suivant) ! On tient le bon bout 🙂

Mon dernier cycle commence au jour de l’an, histoire de passer sympathiquement à la nouvelle année 2021 avec mes ragnagnas ! 4 jours et basta, j’étais plutôt contente que ça se passe bien.

Une semaine après, tout un weekend avec douleurs aux ovaires. Semaine suivante pareil : douleurs ovaires, 7 jours de spotting, gros coup de chaleur, fatiguée et pas très motivée. 
J’ai eu des douleurs aux ovaires/utérus du jour 20 jusqu’au 50 quasiment tous les jours. Alors pas insupportable, mais fatiguant mentalement et physiquement. J’ai aussi eu les seins hyper sensibles et gonflés (no baby heureusement, car je suis en mode contraception).
Globalement ce cycle, pas encore terminé, a été, et est assez fatiguant.

J’ai eu un spotting de 3 jours juste avant mon ovulation possible et petite tension au niveau des reins.

Côté observations et autres symptômes, je t’en parle juste en dessous car cela fait partie de ma contraception naturelle 😉

Côté mental tout va bien, je sens que je ne suis pas à mon max, mais j’ai eu quelques moments difficiles dans ma vie dernièrement, et ce cycle me fatigue pas mal. Mais je me sens plus tranquille, plus zen d’esprit, moins de ruminations. 
Montée de libido aussi, je pensais ne pas avoir de souci sur ce point mais on se rend compte en lâchant la pilule de qui on est réellement et comment nos hormones nous « dirigent » 😉 !

Côté peau, pas d’acné, j’ai eu un ou deux boutons au niveau des joues. Mais contrairement à la période sous pilule, ma peau s’améliore rapidement, cicatrise mieux, un coup d’huile essentielle de sauge sclarée et je sais que ça ne va pas durer des jours et des semaines. Je n’ai plus les joues pleines de microkystes. 
J’ai eu quelques boutons sur le front mais clairement je sais qu’ils viennent d’un léger… (moyen gros) excès d’alcool, bonbons et un peu de fromage. Bref facile à réguler.
Pour les cheveux, ça s’améliore petit à petit, plus de grosse chute (c’était donc essentiellement le 3ème, 4ème, et tout début du 5ème mois). Et un shampoing me tient deux à trois jours environ.

Côté poids, pas de changement, je ne remarque pas une disparition de la cellulite, ou rétention d’eau, ni une perte de kilos superflus, je ne me sens pas forcément plus légère.

Et maintenant, que vais-je faire ?

Ma contraception naturelle avec la symptothermie

kaboompics_A young woman on the beach is doing yoga

Tout d’abord, pourquoi une contraception « naturelle »
Marre des hormones, de l’impact sur mon corps et ma tête, on oublie donc pilule, implant, stérilet aux hormones etc.
Autre option que beaucoup choisissent, le stérilet en cuivre. Étant dans une démarche plus naturelle, et de prendre plus soin de mon corps, je ne me voyais pas ajouté un objet extérieur qui engendre une inflammation de mon utérus… 

Bref, en fouinant sur internet mais aussi sur instagram avec des comptes super intéressants de post-pilule j’ai découvert la symptothermie.
Pour être très honnête, une collègue m’en avait parlé il y a de cela quelques années et je trouvais ça fou et inconscient (oui… pas informée, et bien endoctrinée en pensant que la pilule était le graal).

  • Règle de vie n°1 : s’informer avant de juger.
  • Règle de vie n°2 : il n’y a que les cons qui ne changent pas d’avis 😉

La symptothermie c’est quoi ? 

Je vais la faire simple, et je pense écrire un article hyper simple et schématique pour pouvoir l’expliquer aux personnes qui n’ont aucune idée du cycle féminin, de la symptothermie, de la glaire cervicale, de tout ce monde magique et mystérieux (et parfois tabou, ou pas vraiment expliqué aux personnes à zizi !). J’ai dû l’expliquer à mon partenaire espagnol et ce n’était pas évident de trouver ces infos de façon claire et imagée !
Mais je t’invite à chercher plus d’infos sur internet et sur le compte de Moonly sur instagram.

J’ai dû déconstruire tout ce qu’on m’avait (plus ou moins) appris sur les règles, les cycles et mon corps.
Fou à 26 ans…
Et oui, un cycle ce n’est pas 28 jours, avec une ovulation toujours à 14 jours, ou 14 jours avant les règles. L’ovulation n’est JAMAIS prévisible. Un retard de règles, ce n’est pas tes règles qui n’arrivent pas mais ton ovulation qui a été décalée (ouai logique tu me diras) !  

Une ovulation, c’est plein de signes évidents et détectables : la température qui monte (dû aux hormones), la glaire cervicale (ou sécrétions vaginales, yes on est glamour mais c’est naturel) qui change, le col de l’utérus qui remonte et s’ouvre… Tu savais tout ça ? Moi non ! 

Donc la symptothermie déjà c’est fiable à 98% autant en théorique qu’en pratique (selon l’indice PEARL, la pilule elle est fiable à 97% en théorique, et 92% en pratique).
C’est aussi une charge contraceptive partagée ! Et ça, putain, ça fait du bien.
On s’implique à deux, on apprend à deux, on suit le cycle, les humeurs, les signes ensemble. Je trouve ça beaucoup plus sympa que de prendre seule dans son coin sa pilule tous les soirs et en subir les conséquences.
C’est aussi une méthode « flexible », on peut simplement observer son cycle régulier ou irrégulier d’ailleurs, pour voir son ovulation, savoir quand arrivent ses règles etc. Mais c’est aussi un moyen de contraception ET conception 😉 On peut éviter les moments fertiles pour se protéger ou justement les détecter pour faire un bébé !

En quoi ça consiste ?

  • Sympto = symptômes donc observation de la glaire cervicale. Celle-ci devient plus filante et transparente voir liquide à l’approche de l’ovulation.
  • Thermie = température basale du corps au réveil (avec double décimale). À prendre le matin au réveil à la même heure sans avoir bougé, bu, pipi, et autre 🙂 Celle-ci monte au moment de l’ovulation, puis chute au moment des règles.
  • En option : observation du col de l’utérus qui monte et devient mou à l’approche de l’ovulation. On peut aussi détecter d’autres signes annexes avec l’expérience et en connaissant notre corps, les douleurs aux ovaires, les humeurs, d’autres symptômes qui permettent de mieux nous connaître.

De ces observations qu’on note tous les jours on détecte 3 phases :

  • Phase infertile présumée = pendant les règles et début du cycle. Car on ne sait jamais quand va arriver l’ovulation, et il faut faire attention car lors d’un rapport non protégé les spermatozoïdes peuvent rester tranquilou au chaud (maximum) 7 jours. Si on ovule tôt dans son cycle, on peut tout à fait tomber enceinte pendant ses règles.
  • Phase fertile = c’est juste avant et pendant l’ovulation. On peut réellement la calculer après avoir détecté son ovulation en faisant J -7. Et oui, c’est une méthode d’observation et non de prédiction !
  • Phase infertile = une fois l’ovulation détectée, confirmée et passée grâce aux différents signaux de notre corps, et à la glaire cervicale qui redevient épaisse et infertile, alors on est tranquille jusqu’au prochain cycle !
    Une fois la méthode correctement apprise et maîtrisée, et qu’on connait mieux ses cycles, c’est clairement un moyen de contraception fiable, naturel, sans hormone, peu coûteux, et qu’on gère juste une moitié de cycle ! Deux fois moins prise de tête 😉

En post-pilule, il faut être très vigilant.e et se protéger car les hormones jouent des tours, ne sont pas hyper stables, et parfois la glaire cervicale n’est pas très lisible. On prend donc le temps d’apprivoiser son corps, d’écouter plein de petits signaux et de bien comprendre cette méthode 🙂 Mais c’est génial pour se reconnecter avec son corps et communiquer plus librement sur son cycle avec son partenaire.

Pour bien gérer cette nouvelle contraception, j’utilise :

– Un thermomètre à double décimale, que je souhaitais avec écran éclairé (le matin, tête dans le cul, tu peux voir ce que tu fais).

– Et l’application Moonly ! Tu peux la tester en version gratuite (il n’y a pas toutes les options accessibles) ou en version payante avec : le graphique de températures, les cycles lunaires, les annotations, les symptômes et ressentis, la possibilité d’exporter ses graphiques et bientôt l’accès au partenaire ! Bref plein d’options super détaillées. Ainsi qu’un groupe Discord plein de bienveillance pour parler de différents sujets liés à la symptothermie.
Les créateurs Sandrine et Ludovic sont à l’écoute et hyper disponibles.

Grâce à Sandrine, j’ai le plaisir de te proposer un code promotionnel pour l’application Moonly (non rémunéré) qui te permet d’avoir -10% la première année sur toutes les formules (1 mois, 6 mois, ou 1 an) ! Alors n’hésite pas à tester Moonly app et si tu souhaites passer à la version Plus, utilise le code FRENCHYVEGGIE 🙂

J’espère que cet article t’as plu, et t’as apporté un peu plus d’information sur le sujet.
Je ferai d’autres articles et vidéos Youtube pour expliquer un peu plus en détail la symptothermie.
N’hésite pas à laisser un commentaire pour partager ton expérience ou me laisser une note avec les étoiles juste en dessous ça me fait toujours plaisir !

Un abrazo !

Cam

5 1 Votes
Ta note
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir les commentaires
0
N'hésite pas à me donner ton avis !x
Défilement vers le haut